Mourir la belle affaire

Mourir la belle affaire
******************

Un des sages tibétains que je côtoyais commençait toujours ses enseignements, avec l'humour qui caractérise se genre de personnage, par ces paroles :
"Nous sommes tous en train de mourir "

Puis il agitait les mains pour nous montrer que ce corps était comme il le disait lui-même "le cadavre vivant" et il terminait en éclatant de rire.

Ce recul par rapport à la mort pourrait choquer, pourtant il témoigne d'une longue et profonde méditation sur la question qui amène à cette acceptation inconditionnelle
d'une réalité qui, au fond, ne souffre d'aucunes discussion.

Dans notre culture, nous avons séparé la mort de la vie. C'est d'ailleurs  un lieu commun que d'entendre dire que nous "arrivons en fin de vie ".

Il semblerait que nous ayons du mal à envisager la mort comme faisant intrinsèquement partie de la vie, qu'elle est, au même titre que tout ce que nous vivons ici-bas, un simple processus, une étape de la vie qui s'écoule inexorablement.

Les bouddhistes (en autres) nous enseignent que la méditation sur la mort et sur l'incertitude du moment de la mort crée un sentiment d'urgence qui lui nous invite à ne plus gâcher cette précieuse vie, à la rendre plus riche et heureuse indépendamment des difficultés que nous traversons.

Alors, méditer sur la mort nous exhorte, non pas à nous préoccuper de la mort, mais de ce que nous faisons de cette précieuse vie, car il est clair que nous mourrons comme nous avons vécu.

Bruno

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau